Etat de l’art



Applications Métier

Le marché des « logiciels métiers » relatif à la gestion des crédits documentaires, est composé par très peu d’acteurs dû fait de sa technicité. Certains éditeurs de progiciels « verticaux » (spécialisés sur un secteur d’activité) ou dédiés à la logistique incluent dans leur offre un module « crédits documentaires » répondant très sommairement aux problématiques liées à ce type d’opération.

 

Portails bancaires

Dans les années 2000, les banques ont investi dans de nouveaux systèmes de back office pour faire baisser leurs coûts opérationnels. Elles ont proposé à leurs clients des portails de notification, mettant fin à la pratique du fax pour l’envoi des demandes d’émission et de levée des irrégularités.

Mais l’importateur y est bien souvent réduit au simple rôle d’auxiliaire de saisie. Même si certains portails sont plus aboutis que d’autres, notamment en matière de reporting, le trésorier peine à obtenir des données consolidées et en temps réel, dans la mesure où il fonctionne avec plusieurs banques. Les collaborateurs en charge des credocs doivent alors composer avec différents portails, et par conséquent plusieurs tokens, plusieurs mots de passe, etc…

 

Messages Swift MT 798

Les banques communiquent entre elles via le réseau SWIFT. Les échanges respectent un protocole précis. Les messages SWIFT relatifs au Credoc sont tous des messages de type MT7xx. Le message MT700 par exemple, contient les termes et conditions d’un Credoc.

Le protocole SWIFT a récemment été étendu pour permettre la communication entre une banque et une entreprise dans le cadre du Credoc et des garanties (Trade Finance). Le traitement des crédits documentaires est désormais facilité par le biais de requêtes spécifiques dans la messagerie FileAct ou via des messages FIN structurés au format MT 798.

L’importateur ou l’exportateur peut ainsi communiquer avec ses banques via un canal unique. Pour ce faire, l’entreprise devra adapter son outil informatique à ce nouveau protocole, ou utiliser un logiciel, qui traite l’ensemble des messages Swift MT798.

 

Logiciel expert « crédits documentaires »

Du fait de la relative complexité des crédits documentaires, et donc de la barrière technique que cela peut représenter pour un éditeur de logiciels de trésorerie ou TMS, le marché des logiciels dédiés au Trade Finance reste une niche. En France, c’est l’éditeur FINELIA qui propose un outil dédié aux crédits documentaires. Cette solution Multi-banques de traitement et de suivi dédiée au Trade (credoc, garanties, remdoc) permet aux entreprises d’échanger avec leurs banques des messages MT798, via Swifnet, que l’on soit importateur ou exportateur.

A l’import, cet outil permet de générer automatiquement la demande d’émission d’un crédit documentaire à partir des détails d’un bordereau de commande dès sa validation, en s’interfaçant au système d’informations du client. Coté exportateur, le logiciel permet de générer automatiquement les documents ou les instructions à envoyer au transitaire, à partir d’un credoc reçu par email, ou swift.

 

Plates-Formes electroniques, Blockchain

De nombreux projets (pilotes, POC,….) de systèmes et plates-formes électroniques s’inscrivent dans la course à la dématérialisation des documents. Ces projets promettent des transactions totalement électroniques, où tous les documents papiers seraient supprimés. Ces systèmes nécessitent la mobilisation de tous les intervenants du commerce international (Clients, Fournisseurs, Banques, Transporteurs, Chambre de Commerce, Ambassades, Douanes, ..) afin de communiquer et échanger à travers ces réseaux, messageries sécurisées ou registres distribués (La blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe central de contrôle (définition de Blockchain France).

La blockchain est incontestablement une technologie de rupture qu’il faudra « apprivoiser » avec les années. En ce qui concerne le crédit documentaire, cette techno devrait faciliter les échanges de documents entre les parties prenantes.

 

Conclusion

Même si certaines banques notifient encore, par fax les bénéficiaires de credoc export , le train est en marche !!! Le Mt798 et les documents électroniques, devraient contribuer à stabiliser, voire augmenter la part de marché du crédit documentaire. On attendra les résultats des pilotes et autres POC, avant d’avoir un avis sur l’impact de la blockchain sur le Trade…

L’évolution vers le tout électronique semble irréversible à plus ou moins long terme. Néanmoins l’effort d’informatisation des acteurs impliqués, les habitudes et disparités entre tous les intervenants du commerce mondial, seront des obstacles difficiles à contourner.

 

Notre opinion

Réunir tous les acteurs du commerce international autour d’une plateforme ou d’une technologie comme la blockchain !!! demeure un défi pharaonique.

Why not… mais il faudra au préalable « numériser » les documents échangés, et informatiser la gestion des credocs au sein des entreprises.

Utiliser le canal Swiftnet en utilisant les messages MT798 pour communiquer avec ses banques, envoyer et recevoir les documents numérisés, nous parait la solution la plus adapté et la plus simple à mettre en œuvre.

La banque s’y retrouve en automatisant avec son système back office et les entreprises disposent d’une solution multi-banques facilitant le traitement et le suivi de leurs crédits documentaires et garanties internationales.

 

 

 

 

 


«